Au Mexique, le voyage des secouristes au bout de la nuit

Magazine santé, l'actu Santé

Magazine santé, l'actu Santé

Au Mexique, le voyage des secouristes au bout de la nuit

Le vendredi 3 juillet 2020 à 06:45 pandémie santé épidémie virus

Au Mexique, le voyage des secouristes au bout de la nuit

<media media-type="image" style="leftSide"><media-reference data-location="#photo0" mime-type=""></media-reference></media><p>Le corps d'une vieille femme g&icirc;t sans vie sur son lit cern&eacute; d'ic&ocirc;nes. Elle vient de succomber au COVID-19. Mais l'infirmier qui vient de constater le d&eacute;c&egrave;s n'est pas encore au bout de sa nuit.</p><p>Dans la maisonnette de Nezahualc&oacute;yotl, une banlieue pauvre de Mexico, un des enfants de la d&eacute;funte tire Lino par sa blouse blanche vers une autre pi&egrave;ce o&ugrave; est couch&eacute; le p&egrave;re fi&eacute;vreux, essouffl&eacute;, incapable de se mouvoir.</p><p>L'infirmier, visage masqu&eacute; et mains gant&eacute;es, conseille &agrave; la famille de le faire transporter &agrave; l'h&ocirc;pital le plus proche o&ugrave; il b&eacute;n&eacute;ficiera d'un respirateur. Lino ne peut faire plus car l'homme, tout comme sa femme, souffre aussi de diab&egrave;te, un fl&eacute;au au Mexique.</p><media media-type="image" style="rightSide"><media-reference data-location="#photo1" mime-type=""></media-reference></media><p>Gr&acirc;ce &agrave; ses 35 ans d'exp&eacute;rience, Lino Zu&ntilde;iga, 52 ans, ne s'est &agrave; aucun moment d&eacute;parti de son calme. Depuis qu'il est enfant, il affirme vouloir aider les autres.</p><p>"J'ai tout fait, de ma&icirc;tre-nageur &agrave; secouriste, ambulancier param&eacute;dical, conducteur d'ambulance, et tout &ccedil;a pour accompagner les gens dans les moments les plus critiques", confie-t-il &agrave; l'AFP.</p><p>La nuit est tomb&eacute;e depuis longtemps sur la ville de 1,2 million d'habitants. Lino Zu&ntilde;iga et Hugo Cruz, 40 ans, qui l'accompagne, sont loin d'avoir fini leur tourn&eacute;e.</p><media media-type="image" style="leftSide"><media-reference data-location="#photo2" mime-type=""></media-reference></media><p>C'est aussi le cas d'Emma Vel&aacute;zquez, 42 ans, et Jorge Sholndick, 29 ans, qui arrivent &agrave; minuit toutes sir&egrave;nes hurlantes devant l'entr&eacute;e d'une maison d&eacute;labr&eacute;e, dans une ruelle sombre de Nezahualcoyotl. </p><p>La personne qui les a appel&eacute;s &agrave; l'aide, est une vieille femme, diab&eacute;tique elle aussi, qui se sent d&eacute;faillir. Elle est en larmes. Jorge se presse de prendre son pouls et confirme que la tension est tr&egrave;s instable.</p><p>Il faut la transf&eacute;rer en urgence &agrave; l'h&ocirc;pital. Mais elle refuse car elle est seule avec ses deux petits-enfants, trop petits pour rester seuls.</p><media media-type="image" style="rightSide"><media-reference data-location="#photo3" mime-type=""></media-reference></media><p>La m&egrave;re travaille la nuit dans une entreprise de s&eacute;curit&eacute; priv&eacute;e. Il n'y a plus rien &agrave; faire pour sauver la grand-m&egrave;re.</p><p>Jorge se dirige vers l'ambulance, o&ugrave; Emma l'attend, le regard interrogateur. "Elle va mourir", murmure-t-il, r&eacute;sign&eacute;.</p><p>Plus loin, dans la ville, c'est au tour de Mydori Carmona, 38 ans, et Sergio Villafan, 24 ans, de r&eacute;pondre &agrave; un appel au secours.</p><media media-type="image" style="leftSide"><media-reference data-location="#photo4" mime-type=""></media-reference></media><p>Un drogu&eacute; a frapp&eacute; sa m&egrave;re avec brutalit&eacute; puis a tent&eacute; de se suicider en se poignardant &agrave; la poitrine. </p><p>Les deux doivent &ecirc;tre &eacute;vacu&eacute;s en ambulance, mais les voisins ne l'entendent pas ainsi. Une dizaine d'entre eux sont pr&ecirc;ts &agrave; en d&eacute;coudre avec l'agresseur. </p><p>"Esp&egrave;ce de moins que rien ! Ici, on ne se comporte pas comme &ccedil;a", lance un homme en col&egrave;re. </p><p>Avec l'aide de la police, l'&eacute;vacuation peut avoir lieu. </p><p>"La pand&eacute;mie devrait &ecirc;tre une excellente occasion de valoriser les moments en famille. Dommage que cela ne soit pas le cas !", d&eacute;plore Mydori.</p><media media-type="image" style="rightSide"><media-reference data-location="#photo5" mime-type=""></media-reference></media><p>Le confinement de la population au Mexique a suscit&eacute; une multiplication des violences domestiques dans tout le pays. Quelque 16.057 cas ont &eacute;t&eacute; enregistr&eacute;s pour le seul mois de mai sur les 85.445 d&eacute;j&agrave; signal&eacute;s cette ann&eacute;e, selon les chiffres du gouvernement.</p><p>Au Mexique, pr&egrave;s de 29.000 personnes sont mortes du COVID-19 et plus de 231.000 autres ont &eacute;t&eacute; reconnues contamin&eacute;es, selon le bilan officiel.</p>

Par Pedro PARDO, Natalia CANO, © 2020 AFP


A LIRE AUSSI :

Trouvez votre conseiller

Rechercher

Ma santé facile


Expérimenté(e) ou jeune diplômé(e),
découvrez vos opportunités de carrière.