Pesticides et santé : le rapport qui confirme

Magazine santé, les dossiers Santé

Magazine santé, les dossiers Santé

Pesticides et santé : le rapport qui confirme

Le mardi 18 juin 2013 à 13:42
Pesticide Santé
  • Sur demande de la Direction générale de la santé, l’Inserm a réalisé une revue de la littérature scientifique publiée au cours des 30 dernières années sur les risques sanitaires associés à l’exposition professionnelle aux pesticides. Cette expertise collective confirme certains risques et notamment une augmentation du risque de cancer de la prostate et de certains cancers hématopoïétiques (lymphomes non hodgkiniens, myélomes et peut-être leucémies), un risque accru de maladie de Parkinson et en cas d’exposition professionnelle maternelle, même à faible dose, un risque pour les fœtus.

Sur les 1.000 substances actives qui ont déjà été mises sur le marché, 309 sont encore autorisées en France. La grande majorité de ces herbicides, fongicides et insecticides est utilisée en agriculture, mais aussi dans de nombreux secteurs professionnels (entretien des voiries, jardins, parcs), industriels (fabrication, traitement du bois…), vétérinaires, voire domestiques (anti-moustiques,  raticides, jardinage, etc.). Or nombre de ces substances persistent pendant des années dans l’environnement (l’eau, le sol et l’air) et se retrouvent dans la chaîne alimentaire, exposant ainsi toute la population. En milieu professionnel, la voie cutanée représente la principale voie d’exposition, tandis que la population générale est exposée via les denrées alimentaires.

Selon l’expertise collective de l’Inserm, le risque de cancer de la prostate est augmenté de 12 à 18% chez les agriculteurs, les ouvriers d’usines de production de pesticides et les populations rurales. Le risque de lymphomes non hodgkiniens et de myélomes multiples est également accru.

Parmi les maladies neurodégénératives étudiées, seul le risque de développer une maladie de Parkinson est apparu augmenté, aucune association n’ayant pu être mise en évidence avec la maladie d’Alzheimer ou la sclérose latérale amyotrophique.

Concernant l’exposition professionnelle maternelle aux pesticides, même à faible dose, la littérature suggère une augmentation du risque de morts fœtales et de malformations congénitales. Certaines études font état « d’une atteinte de la motricité fine, de l’acuité visuelle et de la mémoire récente chez l’enfant exposé, ainsi que d’une élévation significative du risque de leucémie et de tumeurs cérébrales ».

Les experts soulignent «la nécessité d’une meilleure connaissance des données d’exposition anciennes et actuelles de la population professionnelle exposée aux pesticides directement ou indirectement ». Par ailleurs, ils attirent l’attention sur des périodes critiques d’exposition (femmes enceintes, jeunes enfants).

Par Isabelle Eustache le 18 Juin 2013, Source:
Expertise collective de l’Inserm, 12 juin 2013.
Crédit image : Fotolia.com © il-fede


A LIRE AUSSI :

Trouvez votre conseiller

Rechercher

Ma santé facile

recrute !


Expérimenté(e) ou jeune diplômé(e),
découvrez vos opportunités de carrière.