Lexique : Hypersensibilité dérivés mercuriels

Magazine santé : Dictionnaire Santé, plus de 10 000 définitions

Magazine santé : Dictionnaire Santé, plus de 10 000 définitions

Lexique : Hypersensibilité dérivés mercuriels

Hypersensibilité dérivés mercuriels


Le mercure est un métal blanc argenté, brillant, très dense, bon conducteur de la chaleur et de l'électricité, liquide à température ordinaire. Les composés mercuriels sont volatils à température ambiante et solubles dans l'eau. Le mercure métallique et ses composés sont sensibilisants.
Les composés mercuriels se divisent en :
composés inorganiques (minéraux) : mercure ammoniaqué, oxydes jaune et rouge de mercure, calomel, fulminate de mercure…
composés organiques (organo-mercuriels) : sels phénylmercuriques, thiomersal ou mercurothiolate sodique…
Les sources du mercure sont multiples, les dérivés inorganiques et organiques étant utilisés dans de nombreux procédés chimiques et industriels :
dérivés inorganiques : produits de désinfection, industrie (piles, miroirs, explosifs, peintures antirouille…), amalgames dentaires, photographie…
dérivés organiques : surtout en tant que conservateurs (dans les vaccins, les sérums…), en cosmétologie, antiseptiques cutanés, fongicides, insecticides, herbicides…
Les manifestations cutanées dues au mercure sont principalement :
Des dermatoses par exposition chronique, qui peuvent se manifester sous forme d'une pigmentation grisâtre de la peau, des tatouages, une acrodynie.
Ailleurs, lors d'expositions aiguës, ce sont les érythèmes qui prédominent avec notamment l'érythème mercuriel classique : sur un fond érythémateux accompagné d'une sensation de brûlure ou de prurit, apparaissent des micro-pustules blanchâtres, parfois des signes généraux sont associés. Autres manifestations : glossites et stomatites avec oedème muqueux.
Des dermatoses allergiques :
Eczémas de contact classiques dont la topographie varie selon le contact : eczéma des paupières et conjonctivite (collyres, pommades ophtalmiques), stomatites et chéilites (amalgames dentaires), eczéma du visage (cosmétiques), eczéma généralisé par réactogène interne…
les urticaires de contact sont exceptionnelles.
D'autres manifestations, autres que cutanées, sont possibles telles que asthme , choc anaphylactique ou oedème laryngé .
Les réactions croisées entre les différents dérivés mercuriels organiques sont inconstantes. Une sensibilisation au thiomersal n'implique pas une allergie aux composés minéraux.
Le thiomersal (ou merthiolate, thimérosal) est un conservateur utilisé dans certains vaccins, certains antiseptiques, certaines gouttes ophtalmiques et solutions pour lentilles de contact et dans des produits cosmétiques. Certains sujets sensibilisés au thiomersal risquent s'ils utilisent du piroxicam de développer des réactions de photosensibilisation dues à une réactivité croisée entre le thiosalicylate et un produit de la dégradation du piroxicam.
L'existence d'une sensibilisation au mercure, notamment chez l'enfant pose le problème des vaccinations. Il faut choisir un vaccin ne contenant pas ce conservateur. En l'absence d'alternative, il est possible de revacciner malgré un patch-test positif (au pire, la revaccination provoquera une réaction locale modérée).
Bibliographie :
Demoly P., Portales-Casamar S. CD. ROM Encyclopédique d'Allergologie. Schering-Plough. 2009.
Vervloet D., Pradal M., Birnbaum J. Koeppel M-C. Drug Allergy. Phadia. 2009 : 286-7.
Audicana MT, Munoz D, del Pozo MD, Fernandez E, Gastaminza G, Fernandez de Corres L. Allergic contact dermatitis from mercury antiseptics and derivatives: study protocol of tolerance to intramuscular injections of thimerosal. Am J Contact Dermat 2002 ; 13 : 3-9.
Galindo PA, Feo F, Garcia R, Gomez E, Borja J, Fernandez F. Mercurochrome allergy. Immediate and delayed hypersensitivity. Allergy 1997 ; 52 : 1138-41.

Actualités correspondantes :

Trouvez votre conseiller

Ma santé facile


Expérimenté(e) ou jeune diplômé(e),
découvrez vos opportunités de carrière.